Archives de l’auteur : Jean-Noël D.

Mercredi 20 mars 2024 – Fount du Roy – Cabrespine (11)

Mercredi 20 mars 2024

Spéléo, désobstruction

Fount du Roy, Cabrespine

ITP et Spéléo Corbières Minervois : Jean-Noël D.

Spéléo Corbières Minervois : Christian A., Dominique B., Pierre F., Michel G. (Grillou)

Gente canine : Bosco, Ourane

TPST : trente minutes pour JN et 6 heures pour les désobeures

Laissée en l’état depuis au moins sept années la Fount du Roy n’en n’était pas oubliée pour autant. Grillou qui fait partie des deux derniers à y avoir travaillé a lancé l’idée d’un retour. Un premier trio s’élance au matin (Grillou, Pierre, Dom) et s’attaque aux effets du temps dans la première partie et à ceux de la précédente « parlementation » au fond du trou. Une bonne quarantaine de gamates seront extraites grâce à un système de poulie bienvenu.

La deuxième équipe (Christian, Jean-Noël) arrivera vers 13 h 30. Stationnement sur la piste menant à Balbonne et on emprunte le même sentier que pour les Vents d’Anges mais au milieu de la grimpette on oblique vers la gauche, on doit être à une centaine de mètres de l’entrée du -250 ! Repérages à la voix car les souvenirs de Christian sont assez vagues mais pas de soucis la gente canine a déjà trouvé l’entrée pour nous.

Une belle esplanade constituée des évacuations des désobs précédentes et voici l’ouverture de la cavité dans la pente, une bouche elliptique de 2,5×1,5 m, Pierre en sort. La désob est au fond, un puits de 15 m un peu sinueux qui se descend à la corde et se remonte en escalade assurée à la poignée. En fait à l’origine ce puits était entièrement comblé de terre et de cailloux d’où le volume de déblais extraits…

Christian se lance dans la préparation du feu pour les grillades. Pierre est redescendu, je m’équipe et je pars explorer les profondeurs. Au fond un boyau en plan incliné, pas très large – une quarantaine de centimètres -, sur 2-3 m et une diaclase transversale à 90°. La branche gauche est quasiment colmatée et pince avec un faible espoir de continuité, la suite est à droite : diaclase de 3 m de haut et 50 cm de large. Grillou et Dom sont 5 m plus loin en plein forage pour la prochaine « parlementation ». La place est restreinte, le boulot sera en haut à sortir les gamates.

Pendant que le feu prend bien – le bois ne manque pas -, on sort une dizaine de gamates avec Christian. Mais vu la configuration sinueuse du puits, c’est un peu la galère, il faudrait une personne de plus à mi-hauteur pour éviter les coincements de la gamate. Un peu las de ces aléas on sonne le rappel de la troupe. Les trous sont forés, on est prêts pour le casse croûte.

Charcuterie, merguez – bien enfermées pour éviter la prédation de Bosco -, saucisse fraîche, boudin le tout arrosé d’un bon Irouleguy. Tout est à point, nos amis chiens se délectent de quelques morceaux, Bosco réussira à chiper la part d’Ourane. Il est temps de mettre en œuvre la « parlementation », le boum se ressentira à la surface. Chocolat, café et un duo (Christian et Grillou) redescend au front de taille. Pierre se positionne à -5 m et avec Dom on tire du haut. De beaux blocs sont sortis.

16 h 30, l’heure du départ approche, une « parlementation » supplémentaire qui semble fort efficace, il faudra évacuer à la première occasion. Prochaine étape : a priori attaquer vers le fond de la diaclase.

Dom, JND

Mercredi 13 mars 2024 – Trou du Cap Maurel – Bize Minervois

Mercredi 13 mars 2024

Spéléo, désobstruction

Trou du Cap Maurel, Bize-Minervois (11)

ITP et Spéléo Corbières Minervois : Jean-Noël D.

Spéléo Corbières Minervois : Christian A., Jean-Michel E., Michel G., Véronique M.

Gente canine : Bosco

TPSurface et sous terre (– 6 m…) : sept heures

Cap Maurel, Épisode 6

Les désob’ se suivent et se ressemblent. Reconnaissons qu’ils ont de la constance, car l’espoir est faible, une fracture de 10 cm qui souffle par intermittence ! Mais l’accès est facile, les conditions de piquenique super et un potentiel de -100 m.

Nous commençons par vider tous les déblais de la sortie précédente en commençant par les gravettes et les fines, ce qui nous permet d’extraire les lames et les gros blocs sous-jacents. Une fois tout nettoyé, une demi-géode apparait en partie basse, fortement concrétionnée se prolongeant à l’horizontale au pied de la fissure.

Une « parlementation »* est faite avant le repas. Une fois ressorti, la braise étant à point, Jean-Michel cherche le paquet de merguez qu’il avait laissé en hauteur dans un arbuste à l’abri des prédateurs à poils ou à plumes. Horreur, malheur, il a disparu ! ! L’équipe de surface qui en avait la garde n’a rien vu… Mais Bosco est bien trop tranquille pour être honnête, il semble particulièrement repu ! Une recherche circonvolutive de Jean-Noël permet de retrouver l’emballage défoncé… Bref ce sera la demi-disette avec seulement 4 litres de minestrone, de la saucisse sèche, des rillettes, un Rustique à la braise avec mouillettes, biscuits fourrés, chocolat le tout poussé par un cubi de rouge, quelle misère !

Gamattage le reste de l’après-midi, pour finir sur une nouvelle « parlementation » particulièrement foudroyante. Bravant les effluves de CO2, Jean-Michel descend se rendre compte et remonte avec un grand sourire : cela continue et s élargit, 1 m ! On n’y croit pas plus que cela, il est un peu de Tarascon, mais cela motive l’équipe pour l’épisode 7.

*Note : en langage local, une « parlementation » est ce que nous avons appelé par euphémisme les c…..s ou pailles voire c…..u

JM/JND

Dimanche 18 février 2024 – Trou du Pémol – Trassanel (11)

Dimanche 18 février 2024

Spéléo, désobstruction

Trou du Pémol, Trassanel (11)

Participants

ITP / Spéléo Corbières Minervois / GPS : Jean-Noël D.

Spéléo Corbières Minervois : Véronique M., André M.

Gruissan Prospection Spéléo : Jean-Marie B.

Gente canine : Bosco

TPSurface et sous terre (– 4 m…) : une heure pour moi et cinq heures pour André et Jean-Marie

Trou du Pémol, Épisode 6

Sex repetitat, sortie GPS, sortie désob’. Un trou de plus dans le massif du Roc d’Agnel, pourquoi pas, il y en a déjà plus de deux cents parait-il ! À la relecture des épisodes précédents, il y a quand même de quoi être découragé, cela n’avance pas beaucoup et le courant d’air est plutôt aléatoire. J’avais proposé comme titre à la sortie « À la recherche du courant d’air perdu » mais il semble que cela est déjà été utilisé à de multiples reprises…

Grosse journée sportive, après 75 km de vélo le matin avec un bon ventass d’ouest, direction la Montagne Noire. Véronique et Bosco seront de la partie. Sur place vers 13 h 45, les amis ont du attaquer le casse-croûte. Un « boum » résonne au fond de la vallée du Pémol, le chantier avance ! Remontée du ruisseau, il ne faut pas rater l’embranchement à droite vers les restanques. Le cairn est là et la vieille ferraille également. On monte tranquille tout droit. Bosco n’arrête pas de faire des allers et retours, sa maîtresse prend son temps.

Jean-Marie vient à notre rencontre et annonce redescendre à la voiture pour aller chercher matos et corde de 20 m ! Plaisanterie ! Nous voilà sur site. Quelques dizaines de centimètres ont du être gagnés depuis la dernière visite. Abandon de la piste à droite pour se reconcentrer sur le haut de la voûte. Un léger courant d’air intermittent ? Mais les positions de travail deviennent inconfortables, allongés tête en bas ou accroupis, il va falloir élargir.

Mise au travail directe, c’est parti pour les gamates, JM et André restants à gratter au fond. Véronique récupère, Bosco est parti suivre la piste des sangliers. Bientôt 15 heures il est temps d’attaquer nos provisions, car les copains avaient effectivement fini leur casse-croûte. Charcuteries, poulet, Château de Fauzan pour se requinquer. Et on retourne aux gamates et un peu au fond du trou. L’espoir faiblit.

Pour nous il est temps de quitter le chantier, on doit passer à Cabrespine. JM et André nous suivront de peu, découragés par des pailles qui ont fait « pschitt ».

Pour la suite on verra au retour de Jean-Marie après son retour d’expés.

JND

 

Vendredi 9 février 2024 – Mouscaille – Cabrespine (11)

Vendredi 9 février 2024

Spéléo, visite, désob’

Mouscaille, Cabrespine (11)

Participants

ITP / Spéléo Corbières Minervois / GPS : Jean-Noël D.

Spéléo Corbières Minervois : Jean-Luc C., André M.

Gruissan Prospection Spéléo : Jean-Marie B.

TPST : quatre heures

Sortie avec le GPS, bien sûr c’est… de la désob’ ! Retour au Mouscaille qui avait été le premier trou où Jean-Marie m’avait mis à la désob’ l’an passé le 14 janvier 2023. On s’était arrêté au fond d’un boyau vertical descendant sur une vingtaine de mètres, plutôt rastèg mais avec du courant d’air. Entre temps Jean-Marie a du y retourner une fois, on n’a pas beaucoup avancé. Cette fois encore le premier travail sera d’évacuer les déblais des derniers tirs.

N’étant pas dispo le matin je retrouverai mes compères que pour le spuntinu. Ils étaient sur place depuis le matin 9 heures et avaient bien avancé dans les hostilités. Quelques tirs et évacuation des blocs. Un évasement dans le boyau permet de stocker au niveau de la zone étayée.

Pour moi arrivée au parking vers midi, il s’agit de retrouver le chemin d’accès que je me souvenais « bien maquisé ». JM devait laisser des rubalises. Pas question de monter par le chaos de l’ancien escalier, il a plu la veille et les blocs sont bien glissants. Il faut retrouver l’ancien sentier médiéval.

La température est bien plus douce que l’an passé, 12-13 °C. Le départ est trouvé, une petite escalade, on passe par-dessus un grillage et on devine le sentier plus haut dans la sapinière. Mais pas vu les rubalises qui indiquaient de partir à gauche, je file droit et me retrouve coincé sur une paroi glissante… heureusement que j’avais les bâtons qui ont servis de piolets ! Le bon sentier est enfin retrouvé. Puis le cours du ruisseau du Grésillou, toujours à sec.

Le départ doit être sur la gauche, tiens un rubalise mais à gauche un roncier ? Bien empêtré dans les salsepareilles je me rends vite compte que ce n’est pas là. Le vrai départ sera une cinquantaine de mètres plus loin. La sente est toujours aussi raide et en plus un peu glissante. Il a fallu une bonne vingtaine de minutes pour approcher le bosquet du trou.

Une voix ! c’est bien là, Jean-Luc sort du trou juste à ce moment. C’est l’heure du casse-croûte. L’espace est exigu, pas question d’étaler les victuailles, chacun trouve un coin pour se caler. Quelques charcutailles, fromages et un bon minervois.

Retour au fond du boyau, JM toujours en première, secondé par André et JL qui tire et vide les gamates. Ma contribution sera symbolique. On remonte dans une salle intermédiaire pour un dernier tir, un peu d’attente et JM va voir l’état du chantier. Au fond la paroi est à gauche et à droite une trémie de blocs liés par de la terre sèche. Le courant d’air est présent et soufflant mais léger et semblant venir du fond. Entre les blocs de la trémie il y a deux espaces avec un fort courant d’air. Mais on juge dangereux de les ouvrir. Il y a aussi un fort courant d’air qui vient de la faille perpendiculaire sous les barres en ferraille. La prochaine fois ce sera microtirs dans la trémie et si ça craint trop, on élargira la faille.

On décide d’arrêter pour cette fois. JL et André ne connaissant pas le trou, JM emmène l’équipe pour la visite du fond à -40. Descente très raide dans le pierrier, le ressaut de 3 m qui en fait se désescalade avec assurance (corde monospit), puis progression un peu chaotique jusqu’à la salle terminale. Quelques euryales volètent, il parait que début janvier une grosse colonie était présente ? ?

Au retour, au pied du ressaut, JM décide d’accéder à une lucarne, que l’on peut atteindre en principe par une MC mais l’équipement est d’après lui bien pourri. André lui faisant la courte échelle il arrive à prendre pied sur le rebord de la lucarne suivi d’un plan incliné ascendant. Il nous installe une corde sur monospit et après de multiples contorsions, JL arrive à le rejoindre. Devant cette difficulté, André et JN déclinent l’invitation et attendent le retour des explorateurs pour voir si cela vaut le coup. Un petit réseau se développe sans grandes concrétions et un autre accès à des salles supérieures reste introuvable.

On décide de remonter, ce qui sera plus simple grâce aux racines qui serpentent dans le plan incliné d’entrée. Le soleil est là et le retour sera beaucoup plus rapide que l’aller…

JND, JMB

 

Samedi 3 février 2024 – Balme Sabatière/Grotte de Varenne – Caunes Minervois (11)

Samedi 3 février 2024

Spéléo, visite, repérage

Balme Sabatière, Grotte de Varenne, Caunes Minervois (11)

Participants

ITP / Spéléo Corbières Minervois / Gruissan Prospection Spéléo : Jean-Noël D.

Spéléo Corbières Minervois : Michel G., Véronique M., Pierre F., Gabin, Tom

Gente canine : Bosco 

TPST : vingt minutes

Invitation du SCM à visiter la Grotte de Varenne, une classique de la Montagne Noire. Un développement de 2 600 m pour une profondeur de -66 m. Quasiment que de l’horizontal avec quelques ressauts qui nécessitent quand même le baudrier. Progression variée, laminoirs, reptations, mains courantes, oppositions glissantes et quelques étroitures « humaines ». Une classique pour un éventuel camp ITP dans la région.

Au début prévue sur la journée, la visite a été décalée à l’après-midi ce qui nous empêchera avec Véronique d’y participer, devant être rentrés tôt sur Lézignan. On décide quand même de retrouver les copains du SCM au départ et de visiter la Balme Sabatière, une cavité de 90 m de développement située quelques dizaines de mètres avant l’entrée de Varenne et communiquant d’ailleurs par un boyau avec cette dernière avec une étroiture à 17 cm !

Rdv à 14 heures au Pont romain sur l’Argent Double, qui marque le départ du sentier. La rivière coule bien. Une fois le quatuor du SCM équipé, direction les cavités, par un sentier qui longe la rivière sur 250 m. L’entrée de la Balme Sabatière ne peut se rater, un beau porche de 5×3 m. Quelques photos, on y reviendra au retour. L’entrée de Varenne se situe un peu plus haut sur une petite terrasse. Bien plus petite 1×0,50 m, il faut ramper pour entrer et la suite est en diaclase remontante. On regarde les copains disparaitre dans le noir avec un sentiment de frustration mais on reviendra.

Retour à la Balme Sabatière, une belle galerie sinueuse se développant sur une cinquantaine de mètres pour se terminer par une petite salle circulaire accessible par un ressaut, on s’arrêtera là. Quelques rhinos sont observés, apparemment des grands rhinolophes. Des boyaux secondaires partent sur quelques mètres, notamment celui de la jonction avec Varenne mais pas question de tenter l’étroiture à 17 cm…

Retour au soleil. Suite au compte rendu des copains, une sortie sera programmée prochainement pour dépolluer la cavité. En effet étant très labyrinthique, des gougnafiers on jugé bon de bomber des flèches partout alors que des catadioptres discrets en place permettent de s’y retrouver facilement. Nettoyage en vue.

JND